Je me demande si je n’ai pas « zappé » une ou deux questions sur Le Rouge et le Noir

 

 On me posait le problème de la date de parution et du petit mot d’avertissement, soi-disant de « l’éditeur », mais en fait de Stendhal. Rappelons que le sous-titre initial était « Chronique de 1830 », et que le roman a bien été écrit cette année-là. Rappelons aussi que ce fut l’année des Trois Glorieuses, révolution qui mit un terme au règne de Charles X, et annonça une monarchie constitutionnelle, moins rigide en apparence.

 Eh bien, ces événements sont liés ! Stendhal n’en est qu’à la moitié du roman lorsque éclate la révolution. Cela perturbe grandement son projet initial : Imaginez que vous ayez prévu d’écrire un roman intitulé « Chroniques du 11 septembre » et qu’un illuminé décide de faire sauter le centre de New York précisément ce jours-là ! Voilà votre roman à bas…

 Or, Stendhal met justement en scène un personnage issu du peuple et aux idées légèrement révolutionnaires, par ailleurs, il a depuis longtemps en tête qu’au régime de Charles X succédera une monarchie sur le modèle anglais à la suite d’une révolution. Voilà donc ses prévisions réalisées avant que d’être exposées, et son personnage guillotiné au lieu d’être sur les barricades !

 Pour contourner l’obstacle, il ment, et affirme que le roman a été écrit en 1827, et qui plus est avant que ne soit connues et jugées les affaires criminelles qui inspirent l’histoire. Ce faisant, il affirme avoir tout inventé, et ne s’être en aucun cas inspiré de faits réels. Pour finir, il sous-titre le roman « Chroniques du XIXème siècle ». Voilà pour ce point.

 

 Le second point est plus épineux et m’inquiète un peu…N’ai-je pas été très clair ce jour-là ? Il concerne le dîner chez les Valenod.

 Il semble qu’une certaine confusion règne dans les dénominations des discours, je précise donc :

- « Julien pensait à Madame de Rênal » : discours narrativisé

- « Julien vint à penser que… » : discours indirect

 

 Allez, un petit exemple pour la route :

- Max se remémorait sa soirée. : discours narrativisé

- Max expliquait : « Nous sommes allés en boite ».

- Max racontait qu’ils étaient partis en boite. : discours indirect

- Max expliquait tout. Ils étaient partis en boite. Là, un drôle de type les avait abordés. : discours indirect libre

- Max est bavard. C’est ainsi. La boite, ouais, on y était. Silence. Le type était bizarre. Marie n’écoute plus. Encore une histoire de Max. : Discours direct libre

 

 Voilà ces quelques petites précisions qui n’arrivent, je l’espère pas trop tard.